Sabou

Burkina Faso

Accès à l’eau et l’énergie
pour le centre d’accueil « Faag-Taaba »

« Nul n’a choisi d’être orphelin ».

Apporter eau et électricité à Faag Taaba, centre d’accueil pour orphelins et enfants vulnérables

 

Pour ce projet, Electriciens sans frontières a été contacté il y a deux ans par l’association Solidarité Sabou localisée à Brest, et dont certains membres sont originaires du Burkina Faso.

Le projet de cette association est d’aider le centre Faag Taaba à Sabou qui accueille des orphelins, à devenir le plus autonome possible car aujourd’hui seules quelques subventions lui permette de fonctionner mais ces dernières peuvent diminuées ou être supprimées. Pierre Fily, bénévole chez Electriciens sans frontières sera le chef de ce projet.

Faag Taaba se trouve à 80 km de la capitale Ouagadougou et héberge 40 jeunes de moins de 16 ans. Depuis deux ans, le centre attend d’avoir accès à l’eau et l’électricité. Aujourd’hui il faut faire pratiquement 1 km à pied pour chercher de l’eau à une borne fontaine.

 

L’installation d’un groupe électrogène étant beaucoup trop chère, Electriciens sans frontières a mis au point un projet pour le centre.

L’objectif est d’apporter l’électricité à l’aide de panneaux solaires avec quatre batteries pour alimenter tous les bâtiments du centre : salle de cours, sanitaires, bungalows, cuisine, paillote, bureau, dortoir, les différents locaux seront éclairés par des lampes leds.

La cuisine pourra ainsi disposer d’une durée d’éclairement de trois heures, le dortoir de 4 heures, la salle de cours de 6 heures et la paillote qui est un lieu de rencontre de 6 heures.

En attendant les travaux d’électrification, le centre a déjà construit un local technique pour stocker les batteries. Ce local permettra aussi aux autres habitants de Sabou de venir recharger leurs portables, ce qui génèrera un peu de revenus pour un jour remplacer les batteries ou des pièces défectueuses.

Electriciens sans frontières a aussi prévu d’installer deux prises dans la salle de cours pour éventuellement pouvoir dans quelques temps alimenter un ordinateur.

 

Pour l’eau, Pierre Fily a pris la décision avec toute l’équipe de mettre en place une pompe manuelle. Pour préparer son installation, deux actions importantes ont déjà été menées. Une recherche hydrogéologique a été faite en juillet 2016 et de l’eau a été trouvée à environ 80 m de profondeur en plein milieu de centre. L’équipe Electriciens sans frontières a été soulagée quand la nouvelle est arrivée ! La décision a été prise de commencer le forage avec la société Scheba Hydro Service. Une personne de l’association Sabou est partie le 14 décembre 2016 au Burkina passer un mois dans son pays d’origine. Nous en avons profité pour lui remettre une lettre de mission. Le forage a commencé le 3 janvier 2017 et le 5 janvier un message est arrivé chez Electriciens sans frontières pour annoncer que de l’eau avait bel et bien été trouvée à 80 m de profondeur, comme prévu. Autant dire que la journée a été sous le signe des sourires !
L’objectif avec le projet Piles solidaires est de partir le plus vite possible installer la pompe Volanta et réaliser une structure en béton pour protéger la pompe et un puits perdu pour que la source ne soit pas polluée.

Le centre a également de nouveaux projets à court et moyen terme : une savonnerie et un peu de maraîchage, toujours dans l’idée de générer un peu de ressources.

 

JOURNAL DE BORD
©Photos DR - Piles Solidaires.
Sabou — reportages photo
  • ©Photos DR - Piles Solidaires.
    Sabou - photo 1
  • ©Photos DR - Piles Solidaires.
    Sabou - photo 2
  • ©Photos DR - Piles Solidaires.
    Sabou - Photo 3